Tikal, prestigieuses ruines mayas du Guatemala

Tikal constitue les plus grandes ruines de cette civilisation qui sévit dès l’antiquité en Amérique du Nord et y laissa des traces indélébiles. Tikal est un site qui se trouve dans la région de Petén, non loin de Flores et Santa Elena ; la cité de Tikal a été intégrée au Parc national de Tikal depuis peu. Tikal, ou encore Tik’al, orthographe plus courante, se trouve à proximité d’une forêt, ce qui explique la présence d’une zone protégée dont elle fait partie. On peut d’ailleurs y trouver l’arbre sacré des Mayas qu’était le « Ceiba pentandra » ; une faune variée y évolue également dont faucons, aigles, singes et même jaguars. Tikal veut dire « lieu des voix » ou « des langues » ou encore « des échos » ; on y trouve cinq pyramides à six étages qui finissent toutes par un temple, d’autres plus petites, les vestiges des anciens palais royaux, des palaces et divers monuments ainsi que des terrains de jeu de balle. On peut même discerner une prison avec des barreaux en bois. Bref, Tikal renferme les traces de quatorze siècles de vie maya.

Le tikal

Tikal, véritable monde perdu et principal centre culturel maya

La construction des monuments de ce site daterait du IVe siècle av JC. Dès sa fondation, Tikal exerça une influence dominante dans l’histoire de la civilisation maya, mais plutôt au niveau culturel. Les terrains de jeu, les sculptures représentant le calendrier maya ainsi que l’astronomie, la structure et l’architecture des monuments, tout cela reflète et témoigne de la force culturelle de Tikal. L’apogée de la cité aurait eut lieu pendant la Période Classique Maya, c’est-à-dire entre les IIIe et IXe siècles ; ce fut durant ce laps de temps que furent érigés les principaux monuments de la cité. Tikal est un site qui a beaucoup souffert de la guerre ; ce fût sûrement à l’issue de rudes batailles que la plupart de ses palais furent incendiés, peu de temps avant que la cité soit totalement abandonnée, précisément au Xe siècle.

Les Mayas s’installèrent dans la région dès 700 av. JC, la présence de silex dans la contrée leur facilita la fabrication d’outils et furent objet d’échanges contre le sel que vendaient les peuples marins de l’époque. Le roi Ehb’Xook, fondateur de la dynastie maya, fut le premier monarque qui régna sur Tikal dès l’an 60. An 250, Tikal devint non seulement un centre culturel mais il connût un essor commercial tout en constituant un lieu primordial religieux maya. Cependant, malgré sa domination sur les basses-terres mayas, du IIIe au VIIe siècle ce furent des guerres qui s’y succédèrent, et Tikal dût finalement se soumettre à son vainqueur, le royaume de Caracol. Elle eut la joie de resplendir à nouveau sous le règne de « Ah Cacau » ou Seigneur Chocolat en l’an 700, avant d’être abandonnée par ses 100.000 habitants.

Guatemala

Tikal, splendide représentation de la brillante civilisation maya

C’est l’un des sites majeurs mayas qui a su conserver son authenticité, à Tikal on peut admirer les monuments dans leur « presque » intégralité, car ils ont été merveilleusement conservés. Tikal est donc étendue sur 60 km2, avec ses grandes et petites pyramides, ses temples dont le plus grand est haut de 70m et reste le plus imposant de toute l’Amérique du sud ; au fond de la jungle se cache Tikal et ses innombrables terrains de jeu de paume, son Acropole, ses palais royaux et sa zone résidentielle.

Un mot sur les concepteurs de Tikal

Les Mayas étaient un peuple précolombienne qui existait déjà 11.000 ans avant JC. Leur empire s’étendit du Mexique, plus exactement de la péninsule de Yucatán, à Honduras, au Salvador, au Belize et au Guatemala. La force de cette civilisation était entre autres dans l’architecture, ses temples et pyramides en témoignent et en disent long ; ce peuple a brillé également au niveau de l’astronomie avec la mise en place des nombreux cycles du calendrier maya. Le dernier état maya tomba en 1697.

Tikal

Destination finale : Flores, pour parcourir le site de Tikal

La ville qui se trouve le plus à proximité de Tikal est Flores, presqu’île fascinante et destination touristique par excelllence. C’est une ville très bien située, en plein milieu du lac Petén Itzá sur une île, ce qui fait d’elle une des destinations préférées des touristes voyageant au Guatemala. On peut s’y adonner à des excursions en bateaux, et plusieurs optent plutôt pour la traversée en « cayucos » en dépit de la présence d’une chaussée qui relie l’île à la terre ferme. Dans ce petit bourg, on retrouvera également les traces de la civilisation maya, l’empire s’étant très particulièrement répandu dans tout le pays ; toutefois, Tikal, qui se trouve à quelques kilomètres de la ville, reste le plus important site maya, ancien pôle prospère dont les ruines en disent long. Flores reste d’ailleurs le point de départ préféré de tout voyageur désirant visiter la région de Petén, tout en restant une véritable curiosité en soi permettant donc de marcher sur les traces des Espagnols et des Mayas, ses protagonistes historiques.

Guatemala

Le tour de la presqu’île de Flores se fait en 15 mn à peine, un périple que l’on prend plaisir à vivre maintes fois la population étant accueillante et ses sublimes plages ainsi que ses humbles mais ô combien illustres monuments méritant d’être vus et revus… Il faut 45 mn pour parvenir à Tikal au départ de Flores, itinéraire que préfèrent beaucoup mais certains optent pour l’atterrissage à Santa Elena avant d’enchaîner vers les sites de la région de Petén. D’ailleurs, le seul autre aéroport international de tout le Guatemala à part celui de la capitale, le Mundo Maya International Airport, est basé à Santa Elena ; pour parvenir à Flores la liaison se fait soit par bateau soit par bus ou taxi. Cela rend la visite de Flores encore plus agréable d’autant plus que les deux kilomètres séparant l’aéroport de la ville offrent une merveilleuse occasion de profiter du panorama, même si le trajet s’avère quelque peu bref (5 mn). Bref, avant d’enchaîner sur Tikal, passer par Santa Elena et Flores est un itinéraire que peu regrettent.

 

Quand partir au Tikal ?

La meilleure période c’est de mi-Novembre à mi-Avril car  c’est la saison sèche.

 

Combien pour aller au Tikal ?

Pour un séjour en tout compris pour 1 semaine, en moyenne il faut compter  1982 €

Quelques offres:

  • Carrefour Voyages vous propose pour 11 jours / 9 nuits en pension complète, vol et transfert compris: 2470 €. C’est un circuit  qui a comme points forts:
    – Rencontre avec une famille maya.
    – 4 sites classés à l’Unesco (marqués par un*).
    – Incursion au Honduras avec la visite de Copan
    – Visite des sites archéologiques de Tikal, Quirigua et Yaxha.
    – Visite du marché le plus coloré d’Amérique latine : Chichicastenango

Voir les détails de ce voyage

Evaluation / Comparaison
Catégorie du voyage
7 merveilles
Note sur 5
41star1star1star1stargray